de Guizelin Patrimoine et Conseil

Articles

Point macro économique Avril 2019

25 Avril 2019

PERSPECTIVES DE MARCHE

Le premier trimestre a été marqué par une solide performance des actifs risqués. Le rebond a été significatif (+15 %) après un très mauvais dernier trimestre 2018.

 

Ce regain d’intérêt pour les actifs risqués s’est effectué en partie grâce aux accords commerciaux entre les USA et la Chine et aux politiques accommodantes des banques centrales (assurant liquidité et pas de remontée immédiate des taux).

 

UNE ECONOMIE MONDIALE EN DECELERATION, MAIS UN SOUTIEN DES BANQUES CENTRALES

- Aux Etats-Unis, la croissance américaine en fin de cycle, reste solide. La FED a interrompu ses relèvements de taux et décidera de l’orientation de l’orientation de sa politique (accommodante ou restrictive) en fonction des données macroéconomiques.

 

- En zone Euro, le rythme économique devrait s’approcher d’un plancher. Les risques politiques à court-terme s’atténuent, mais restent préoccupants (Brexit sans accord, Allemagne, France, Italie, Espagne)

 

- La Chine réagit à ses chiffres de croissance annuelle les plus faibles depuis 1990 par des mesures de soutien, toutefois modérées par rapport à la révolution de ces dernières années.

 

DES POINTS DE VIGILANCE :

- Le caractère anémique des perspectives de croissance n’a pas dissuadé les investisseurs d’investir sur les marchés actions.

- Le niveau de risques politiques à moyen terme restent présent : Brexit, budget Italien, populismes européens 

- Le niveau d’endettement mondial (public et privé) est historiquement élevé (164 000 milliards de dollars), soit 230 % du PIB global.

 

LES STRATEGIES DANS CE CONTEXTE

 

Les marchés actions des économies développées ayant rebondi de 15 % sur le premier trimestre 2019, nous préconisons de protéger le capital progressivement. Des points d’entrée long terme pourront être envisagés en cas d’améliorations réelles des statistiques ousur des niveaux de valorisations inférieurs aux cours actuels.

 

Les obligations d’Etat restent à éviter car générant peu de performances et sensibles à une remontée des taux d’intérêt. La stratégie d’investissement obligataire peut porter sur des dettes d’entreprises sur des maturités courtes de façon sélective.

 

Il est préférable de privilégier fortement les actifs de rente, où la liquidité et la valeur des actifs n’est clairement pas le premier critère.

 

Il est nécessaire de combiner plusieurs solutions patrimoniales dans ses allocations en fonction de ses objectifs et de sa durée de placement. Investir en fonction de son profil-investisseur :

 

  • En fonds Euro
  • En fonds obligataires avec durations courtes,  ou datés (échéance 2023-2025)
  • En dette émergente
  • En fonds flexibles réactifs (actions – monétaire)
  • En fonds actions internationales sur des convictions de long terme (secteur technologique, numérisation de l’économie, ressources naturelles, allongement de la durée de vie) sous forme de versements programmés. Les pays émergents disposent d’une décote et restent une opportunité d’achat. 
  • La diversification avec discernement dans l’investissement en entreprises non cotées (private equity) sur le marché secondaire
  • La diversification ciblée dans des actifs tangibles : foncier agricole et certains domaines viticoles
  • L’immobilier locatif résidentiel,
  • Sous le statut de loueur en meublé non professionnel
  • Logé dans une société à l’IS avec apport en compte-courant
  • Acquis en démembrement de propriété
  • L’immobilier commercial,
    • En gestion déléguée (Scpi) pour assurer des flux de revenus réguliers, en étant rigoureux sur les critères d’investissement

     

     

     

    Nous sommes à votre disposition pour adapter vos investissements et l’organisation de votre patrimoine, aux évolutions de l’environnement économique et du cadre réglementaire actuel.

     

    Bien à vous,

    Philippe de Guizelin

    Point macro économique Janvier 2019

    25 Janvier 2019

    PERSPECTIVES DE MARCHE

    Les marchés actions ont corrigé nettement lors du dernier trimestre 2018.

    D’une manière générale, toutes les classes d’actifs ont généré des performances négatives en 2018, excepté les devises Dollar et Yen. La croissance de l’économie mondiale ralentit, avec notamment une révision à la baisse des objectifs du FMI ; l’avenir de la Grande-Bretagne est plus que jamais incertain, à l’approche de la deadline du Brexit ; le « shutdown américain» s’éternise, ce qui commence à avoir un impact important sur l’économie américaine, avec des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage technique... Et pourtant les indices actions tiennent en ce début d’année !

     

    UNE ECONOMIE MONDIALE RESILIENTE et UNE MONTEE DES FACTEURS DE RISQUE

    - Aux Etats-Unis, la croissance américaine en fin de cycle, est en décélération. Mais pas de récession en vue, car les indicateurs demeurent robustes.

    - En zone Euro, la BCE est tiraillée entre inflation et baisse du rythme de croissance. La croissance ralentit vers son potentiel (plus brutalement en Allemagne).

    - En 2018, les actifs risqués des marchés émergents ont corrigé. Ceci, en raison de la forte appréciation du dollar liée à la poursuite de la politique de normalisation de la Fed. En Chine, existe des inquiétudes sur la croissance. La Chine conserve cependant des marges de manœuvre pour baisser ses taux d’intérêt et l’impôt.

     

    DES POINTS DE VIGILANCE :

    - Le niveau de risques a évolué défavorablement depuis 6 mois : tensions commerciales liées aux mesures protectionnistes, risques politiques européen (Brexit, budget Italien, mouvement des gilets jaunes) 

    - Le niveau d’endettement mondial (public et privé) est historiquement élevé (164 000 milliards de dollars), soit 230 % du PIB global.

    -Le resserrement des conditions financières (hausse des taux d’intérêt) en cours, et la disparition progressive des effets positifs du stimulus budgétaire au Etats Unis laissera vraisemblablement l’économie américaine vulnérable à un ralentissement significatif en 2020.

     

    LES STRATEGIES DANS CE CONTEXTE

    Les marchés actions des économies développées ayant corrigé de 10 % en 2018, nous préconisons de continuer à rester prudents sur l’exposition aux marchés actions sur des horizons d’investissement à 24 mois. Des points d’entrée long terme pourront être envisagés sur des niveaux de valorisations inférieurs aux cours actuels. La prudence doit porteren premier lieu, sur les sociétés endettées.

    Les obligations d’Etat restent à éviter car générant peu de performances et sensibles à une remontée des taux d’intérêt. La stratégie d’investissement obligataire peut porter sur des dettes d’entreprises sur des maturités courtes de façon sélective.

    Il est préférable de privilégier fortement les actifs de rente, où la liquidité et la valeur des actifs n’est clairement pas le premier critère.

    Il est nécessaire de combiner plusieurs solutions patrimoniales dans ses allocations en fonction de ses objectifs et de sa durée de placement. Investir en fonction de son profil-investisseur :

    • En fonds Euro
    • En fonds d’obligations datées (échéance 2023-2025)
    • En fonds flexibles réactifs (actions – monétaire)
    • En fonds Long-short (gestion décorrélée)
    • En fonds actions internationales sur des convictions de long terme (secteur technologique, numérisation de l’économie, ressources naturelles, allongement de la durée de vie) sous forme de versements programmés. En cas de baisse du dollar, les pays émergents constituent une opportunité d’achat 
    • La diversification dans l’investissement en entreprises non cotées (private equity) sur le marché secondaire
    • La diversification ciblée dans des actifs tangibles : foncier agricole et certains domaines viticoles
    • L’immobilier locatif résidentiel,
    • Sous le statut de loueur en meublé non professionnel
    • Logé dans une société à l’IS
    • Acquis en démembrement de propriété
  • L’immobilier commercial,
    • En gestion déléguée (Scpi) pour assurer des flux de revenus réguliers, en étant rigoureux sur les critères d’investissement

     

    Nous sommes à votre écoute en ce début d’année, pour échanger ensemble individuellement, et adapter vos investissements et l’organisation de votre patrimoine, à l’environnement économique et au cadre réglementaire actuel.

     

    Bien à vous,

    Philippe de Guizelin

    Point macro économique Juillet 2018

    25 juillet 2018

    PERSPECTIVES DE MARCHE

    L’économie américaine ne faiblit pas pour l’instant. Bien qu’encore solide, la croissance américaine pourrait pâtir d’une escalade de la guerre commerciale.

    La chine et les Usa ont introduit réciproquement le 6 juillet des barrières douanières sur 34 milliards de dollars de leurs produits respectifs. La menace pourrait s’étendre à 500 milliards.

    Le deuxième semestre 2018 pourrait donc continuer à être volatile : les mesures protectionnistes annoncées, mais aussi le niveau élevé des valorisations et les risques géopolitiques peuvent raviver la volatilité des marchés financiers sur la fin d’année.

     

    UNE ECONOMIE MONDIALE AVEC UNE CROISSANCE MODEREE MAIS RESILIENTE                  

    • Aux Etats-Unis, la fin du cycle économique est pour l’instant retardée. L’effet « réforme fiscale » y contribue, tout en faisant peser un creusement du déficit public à moyen terme.

      - En zone Euro, la conjoncture est moins favorable qu’elle ne l’était en début d’année. On peut y voir le scepticisme des investisseurs sur la cohésion de la zone euro : Coalition gouvernementale en Italie, mise en œuvre du Brexit, Crise des migrants. A cela s’ajoute des révisions en baisse sur la croissance du Pib.

                  - Depuis le début de l’année, les actifs risqués des marchés émergents sont de plus en plus volatils. Ceci, en raison de la forte appréciation du dollar liée à la poursuite de la politique de normalisation de la Fed. La bonne orientation actuelle des fondamentaux et des conditions macroéconomiques ne doit pas masquer la grande dépendance qu’ont toujours les pays émergents envers la demande extérieure.

      ux Etats-Unis, le taux de chômage est au plus bas et le moteur de l’investissement est défaillant. la Fed a adopté une politique de resserrement monétaire. Le cycle économique est déjà bien avancé.
    • En zone Euro, la dynamique de la croissance est robuste. Les risques politiques s’éloignent et la politique monétaire devrait rester accommodante encore un moment.
    • La Chine : l’économie décélère progressivement. Les autorités cherchent à contenir les excès du système financier et à diversifier les canaux d’entrée et de sortie des capitaux.
    • Les pays émergents connaissent des situations assez hétérogènes. Néanmoins, la dépendance des marchés émergents au reste du monde se réduit progressivement.

     

    DES POINTS DE VIGILANCE :

    - La balance des risque évolue défavorablement peu à peu : pic de croissance proche, guerre commerciale, nouvelle crise de l’Euro, cours pétroliers.

    - Le FMI s’alarme du niveau de la dette mondiale. Le niveau d’endettement mondial (public et privé) atteint 164 000 milliards de dollars, soit 225 % du PIB global. Le taux du déficit public américain dépassera 5 % du PIB en 2020.

     

    LES STRATEGIES DANS CE CONTEXTE

    Les marchés actions voisins de leurs niveaux de valorisation les plus-hauts, nous préconisons de continuer à prendre progressivement les plus-values effectuées (marché US notamment).

    Les obligations d’Etat et d’entreprises restent à éviter à court-terme car sensibles à une remontée progressive des taux d’intérêt.

    Il est nécessaire de combiner plusieurs solutions patrimoniales dans ses allocations en fonction de ses objectifs et de sa durée de placement. Investir :

    • En fonds Euro
    • En fonds flexibles réactifs (actions – monétaire)
    • En fonds Long-short (gestion décorrélée)
    • En fonds actions internationales sur des convictions de long terme (secteur technologique, numérisation de l’économie, ressources naturelles, allongement de la durée de vie) sous forme de versements programmés
    • Une exposition dans l’or et les matières premières comme actif de diversification (10 % du portefeuille)
    • La diversification dans l’investissement en entreprises non cotées (private equity)
    • La diversification dans des actifs tangibles : foncier agricole et certains domaines viticoles
    • L’immobilier locatif en direct ou en gestion déléguée (Scpi) pour assurer des flux de revenus réguliers, en étant rigoureux sur les critères d’investissement

     

    Et allouer son épargne en 2018 en fonction de plusieurs critères :

    • Quelle liquidité j’exige, sur quel montant d’épargne ?
    • Quelle tolérance à la perte de mon capital suis-je prêt à accepter ?
    • Quel horizon de placement ai-je ?
    • Quels sont mes objectifs de performance ?

     

    En fonction de la réponse à ces différentes questions, nous pouvons vous aider à construire une allocation adaptée à vos objectifs.

    Nous sommes à votre écoute pour échanger individuellement, et adapter vos investissements et la structuration de votre patrimoine, à l’environnement économique et au cadre réglementaire actuel.

    Nous vous souhaitons un bel été,

     

    Philippe de Guizelin

    Point macro économique Octobre 2018

    25 Octobre 2018

    PERSPECTIVES DE MARCHE

    Les marchés actions ont corrigé nettement ces dernières semaines.

    La fin d’année pourrait continuer à être agitée : les mesures protectionnistes mises en œuvre, mais aussi la normalisation monétaire en cours et les risques géopolitiques maintiendront la volatilité des marchés financiers sur les mois à venir.

     

    UNE ECONOMIE MONDIALE AVEC UNE CROISSANCE MODEREE MAIS RESILIENTE                  

    - Aux Etats-Unis, la remontée des taux d’intérêt et le rapatriement des capitaux créent une situation biaisée en faveur des Etats-Unis. La robustesse de la croissance américaine en fin de cycle commence à produire ses premiers effets sur l’inflation.

    - En zone Euro, la BCE est tiraillée entre inflation et baisse du rythme de croissance. Un ralentissement économique renforcerait le risque politique en 2019.

    - Depuis le début de l’année, les actifs risqués des marchés émergents ont corrigé. Ceci, en raison de la forte appréciation du dollar liée à la poursuite de la politique de normalisation de la Fed. En Chine, la menace protectionniste vient fragiliser une économie à la demande domestique déjà affaiblie.

    •  

    DES POINTS DE VIGILANCE :

    - La balance des risques a évolué défavorablement dernièrement : tensions commerciales liées aux mesures protectionnistes, risques politiques liés au Brexit et au budget Italien.

     - Le niveau d’endettement mondial (public et privé) est historiquement élevé (164 000 milliards de dollars), soit 225 % du PIB global.

     -Le resserrement des conditions financières en cours, et la disparition progressive des effets positifs du stimulus budgétaire au Etats Unis laissera vraisemblablement l’économie américaine vulnérable à un ralentissement significatif en 2020.

     

    LES STRATEGIES DANS CE CONTEXTE

    Les marchés actions des économies développées ayant corrigé de 10 %, nous préconisons de rester prudents sur l’exposition aux marchés actions sur des horizons d’investissement à 3 ans. Des points d’entrée long terme seront envisagés sur des niveaux de valorisations inférieurs. La prudence doit porteren premier lieu, sur toutes les sociétés endettées.

    Les obligations d’Etat restent à éviter à court-terme car sensibles à une remontée progressive des taux d’intérêt. La stratégie d’investissement obligataire peut porter sur des dettes d’entreprises sur des maturités courtes à moyenne de façon sélective.

    Il est nécessaire de combiner plusieurs solutions patrimoniales dans ses allocations en fonction de ses objectifs et de sa durée de placement. Investir en fonction de son profil-investisseur :

    • En fonds Euro
    • En fonds flexibles réactifs (actions – monétaire)
    • En fonds Long-short (gestion décorrélée)
    • En fonds actions internationales sur des convictions de long terme (secteur technologique, numérisation de l’économie, ressources naturelles, allongement de la durée de vie) sous forme de versements programmés
    • Une exposition dans l’or et les matières premières comme actif de diversification.
    • La diversification dans l’investissement en entreprises non cotées (private equity)
    • La diversification dans des actifs tangibles : foncier agricole et certains domaines viticoles
    • L’immobilier locatif en direct, sous le statut de loueur en meublé non professionnel ou en gestion déléguée (Scpi) pour assurer des flux de revenus réguliers, en étant rigoureux sur les critères d’investissement

     

    Nous sommes à votre écoute pour échanger individuellement, et faire évoluer vos investissements et l’organisation de votre patrimoine, à l’environnement économique et au cadre réglementaire actuel.

    Bien à vous,

    Philippe de Guizelin

      NOTRE POLITIQUE DE CONFIDENTIALITE

     

      Mentions obligatoires 

     

     

     

     

     

    MENTIONS LEGALES

    Dénomination et raison sociale :  de Guizelin Patrimoine et Conseil

    Adresse : 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 Reims cedex

    Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Reims, 484 858 865                                                        

    Tél : 03 26 04 97 20    Mobile : 06 31 41 92 51    site internet : www.gespat51.com

    Directeur de publication du site : Philippe de Guizelin, 2 Rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX

    Hébergeur du site : OVH Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France

     

     

     

     

     

    MENTIONS REGLEMENTAIRES

     

    CIF

    Conseiller en Investissements Financiers,

        numéro ORIAS : 07 005 341

        adhésion CNCIF : D006943

    Traitement des réclamations

     

    Intermédiaire en assurance

    Courtier en assurance,

       numéro ORIAS 07 005 341

    Traitement des réclamations

                     

    Carte Transaction Immobilière

    Activité de Transaction sur Immeubles et Fonds de Commerce,

    Carte  Prof.  n°5102 2018 000 030 282 délivrée par CCI  de la Marne

    Garantie financière

     

     

     

     

     

     

    MENTIONS RGPD

    Responsable du fichier : Philippe de Guizelin

    Délégué à la protection des données : Philippe de Guizelin, 2 rue Léon Patoux, CS 50001 51664 Reims

    de Guizelin Patrimoine et Conseil recueille et traite les données à caractère personnel pour une finalité déterminée explicite et légitime, correspondant aux objectifs poursuivis, en conformité avec la loi Informatique et Libertés.

    de Guizelin Patrimoine et Conseil s’assure des destinataires de vos données et veille à  ce que :

    -  les personnes du cabinet habilitées à traiter les dossiers aient signé un engagement de confidentialité.

    - Les sous-traitants présentent des garanties suffisantes quant à la mise en œuvre de mesures techniques et organisationnelles appropriées de manière à ce que le traitement réponde aux exigences du RGPD et garantisse la protection des droits de la personne concernée.

    Les données ne peuvent être conservées que le temps nécessaire à l’accomplissement de l’objectif poursuivi lors de leur collecte.

    Vous avez le droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, de limitation, de retirer votre consentement à tout moment s’il s’agit de la base légale du traitement

    Vous avez droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle

    Pour en savoir plus, consultez notre Politique de Confidentialité, dans l’onglet « Qui sommes nous » sur notre site gespat51.com

       MENTIONS COOKIES

    Le site gespat51.com n'utilise pas de cookies